Bienvenue

" Oxalà "

En portugais, le mot Oxalá (référence à Inch Allah), qui résulte de siècles d’intégration, traduit une idée d’avenir, de devenir et de futur qui se construit.

Cette exposition remet en question l'Europe ouverte et souhaite favoriser l'intégration des citoyens issus de l'immigration et contribuer à une société plus solidaire en mettant en avant le débat sur la décolonisation de l'Europe. Ce projet extraordinairement créatif brise les stéréotypes et interroge le concept d'identité.

 

Europa Oxalá à l'AfricaMuseum

Depuis sa réouverture en 2018, l’AfricaMuseum se veut plus que jamais une plateforme dynamique de rencontre et de dialogue. La pression qui pousse des millions de personnes à émigrer ainsi que les répercussions de la mondialisation qui se dessinent dans un débat identitaire assez novateur et parfois même radical sur l'identité, sont des thèmes importants dans ce dialogue spécifique.
Avec cette exposition, les artistes nous invitent à réfléchir à une Europe 'Oxalá', pleine d'espoir mais aussi d'incertitude et de doute.

 

Commissaires de l'exposition

António Pinto Ribeiro  est titulaire d’un diplôme en philosophie et d’un doctorat en Études Culturelles, son activité professionnelle est basée sur la programmation culturelle et sur la recherche. Il a été directeur artistique de Culturgest depuis sa fondation (1993-2004), directeur de programmes artistiques à la Fondation Calouste Gulbenkian (2004-2015) parmi lesquels il faut souligner le projet Gulbenkian Próximo Futuro (Prochain Futur), consacré aux arts et aux cultures du Sud global. Commissaire en charge de plusieurs expositions internationales, il a également été commissaire-général de « Lisbonne – Capitale ibéro-américaine de la culture 2017». Ses principaux centres de
recherche sont liés au domaine de l’art et de la culture contemporaine, avec un intérêt particulier pour les arts et les cultures africaines africaines et sud-américaines.
Il collabore à de nombreuses publications internationales. Actuellement, il est chercheur au Centre d’études sociales de l’Université de Coimbra, dans l’équipe du projet ERC MEMOIRS – Enfants d’empires et postmémoires européennes et il est programmateur artistique international. Ses publications les plus récentes s’intitulent África, os quatro rios (2015), Miscelânea (2015), Peut-on décoloniser les musées ? (2019) et Novo  Mundo: Arte contemporânea no tempo da pós-Memória (2021), son dernier ouvrage sur les artistes de la post-mémoire.

Katia Kameli est diplômée de l’École nationale supérieure d’art de Bourges et a suivi le post-diplôme « le Collège-Invisible » à l’École des beaux-arts de Marseille. Son travail a trouvé une visibilité et une reconnaissance sur la scène artistique et cinématographique internationale et a été montré lors d’expositions personnelles.Ses oeuvres font partie des collections suivantes : Musée national d’Art moderne Centre Georges Pompidou, Centre national des arts plastiques (Cnap), FRAC Hauts-de-France, FRAC Poitou-Charentes et FRAC PACA.

Aimé Mpane partage son temps entre Kinshasa et Bruxelles et sa pratique se nourrit des allers-retours entre son Afrique natale et son Europe d’adoption. La « déterritorialisation » de l’Outlandish cher à Deleuze, est aussi celle des liaisons nécessaires, des filages et des pontages obligés, des coutures et des filets essentiels pour ne pas perdre le nord, c’est celle des transferts qui renvoient à la relation et à la recherche des complémentarités, du lien au-dessus du gouffre creusé entre Afrique et Europe, noir et blanc, passé et présent, culture traditionnelle et culture contemporaine. L’art d’Aimé Mpane traite principalement de l’héritage et des traces du colonialisme en Afrique, mais l’objectif de son art n’est jamais l’apitoiement sur soi-même. Il fait appel à la solidarité du genre humain et à la conscience collective. Ses oeuvres parlent de dignité humaine, d’espoir, de courage, d'empathie et de persévérance.

 

Europa Oxalá est une exposition itinérante qui a d’abord été montrée au MUCEM à Marseille (20.10.2021 > 16.01.2022) et à la Fondation Calouste Gulbenkian à Lisbonne (04.03.2022 > 22.08.2022).
Coproduction : Fondation Calouste Gulbenkian (Délégation en France, Paris / Centre d’art moderne, Lisbonne) / Mucem, Marseille (France).